A l’issue de la finale du 3ème Prix Georges Moustaki, Askehoug a reçu le Prix du Jury et le duo 3 Minutes sur Mer celui du Public, présent dans la salle (jumelé aux 30% des votes déjà réalisés sur Internet). Pas de doublé gagnant cette année donc, comme ce fut le cas sur les deux premières éditions avec Melissmell, puis Vendeurs d’Enclumes. De nombreux finalistes et demi-finalistes (parmi lesquels Melissmell, Garance, Émilie Marsh, Gaëlle Vignaux, Swann Ménigot, Pierrot panse, Rodrigue, Dam Barnum, Paul Merci, Zabel, Virgule, mais aussi des artistes tels que Soria, Patrice Mercier, Sofía Miguélez, Govrache, Donoré, Etienne Etienne, Claire Elzière, Vanina Michel, Fabien Martin, Étienne Champollion, Thierry de Cara, Vincent Dégremont, Maryvette Lair, Les Yeux d’la Tête… que nous avons croisés dans l’Amphithéâtre Malesherbes de La Sorbonne), sont par ailleurs venus encourager les finalistes – preuve s’il en est, de fraternité autour de cet évènement célébrant l’indépendance.

Malgré quelques soucis techniques, malheureusement essuyés par Scotch & Sofa, la soirée fut belle, de son et de sens. Les internautes pouvaient suivre à distance le Prix pour la première fois, via le lien Web Dailymotion chapeauté par Watcha Prod.

Après l’introduction menée par Matthias Vincenot et Thierry Cadet, ce dernier accompagné par François Alquier (Le Mandor, « CD’aujourdhui »…) ont interviewé chaque finaliste après sa prestation. Une première dans l’histoire de ce Prix Georges Moustaki, tout comme le logo dessiné par Georges Moustaki himself, qui prônait au dessus de ces têtes musicales, comme un regard bienveillant.

Aliose, impressionnant d’énergie percussionniste et de magie, soutenu – au delà de la grâce de la chanteuse Alizé Oswald, par la résonance du Hang mené par Xavier Michel, (Matthieu) Askehoug et son légendaire humour décalé, entouré à la batterie et à la contrebasse par ses deux musiciens, l’hispanisante (La) Jeanne et ses chaudes caliente aventures aventura, Luciole tout en espièglerie et claps entêtants, Céline Ollivier notamment accompagnée par Mel à la guitare autour de ses entêtantes mélodies, l’univers aérien et la planante musicalité de Scotch & Sofa et enfin le côté sombre et rock de 3 Minutes sur Mer porté par la voix Brelienne hors du commun du chanteur Guilhem Valayé, ont fait de cette soirée un mot d’ordre : professionnalisme. Un professionnalisme et une détermination représentés au final par le set de Barcella, enchantant le public présent dans la salle de sa touchante et séduisante poésie, pleine d’humour, et par Alexis HK Président de cette promotion 2013, soulignant l’obstination des artistes sélectionnés.

Vendredi dernier, chacun de nous était revenu sur les bancs de l’école l’université, parfois pour la première fois, le public, comme les nombreux membres du jury, postés derrière leur pupitre pour commenter, noter, et achever avec assiduité les délibérations durant le set de l’interprète de « Ma douce » (qui a par ailleurs gâté la salle d’un titre complètement inédit).

La liberté et l’indépendance chères au cœur de Georges Moustaki planait véritablement ce soir-là, et les retombées ne se sont pas faites attendre. Au terme de cette soirée, Melissmell a déjà choisi 3 Minutes sur Mer pour ses premières parties, Barcella quant à lui s’est rapproché d’Askehoug, soulignant l’illustration concrète de ce à quoi sert ce Prix Georges Moustaki (les dates sont à confirmer dans les semaines qui viennent). Pourvu que ça dure.

Peter Arnold

prixgeorgesmoustaki.com

facebook.com/prix-georges-moustaki