Le 3ème Prix Georges Moustaki aura lieu le 22 février 2013, dans le cadre de « Chanson française en Sorbonne », au Centre Malesherbes de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), où deux Prix seront remis : Prix du Jury et Prix du Public. Les inscriptions sont ouvertes depuis le 1er novembre dernier, jusqu’au 1er décembre prochain, et concernent les auteurs, compositeurs et interprètes (ou groupes) sans distinction de style. Comment participer ? En envoyant un dossier comprenant un album et/ou EP de 5 titres minimum, paru en 2012 (l’artiste ne doit pas avoir produit plus d’un CD et/ou 2 EP avant le disque présenté lors de la sélection), la biographie de l’artiste ou du groupe à l’adresse suivante : Prix Georges Moustaki de l’album indépendant et autoproduit – Service Culturel de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) – 1, rue Victor Cousin – 75005 Paris. Les envois ne sont pas retournés. Un jury de professionnels (liste ci-dessous) désignera le Prix Georges Moustaki. Georges Moustaki en est le Président d’honneur. Rappelons que le Prix Georges Moustaki, créé par Thierry Cadet et Matthias Vincenot, est né en 2010 et a déjà couronné Melissmell et Vendeurs d’Enclumes. Pour en revenir au Prix, je suis en phase avec les deux jeunes gens qui s’en occupent. J’avais quelques réticences à m’embringuer là-dedans, mais ils sont terriblement sympathiques, et ils savent ce qu’ils font. Ce sont des gens que j’estime beaucoup. J’ai eu envie de les suivre. Je vois ce qu’ils font tout au long de l’année. On est dans la même cour a déclaré Georges Moustaki en début d’année, au magazine « Platine ».

Pour l’édition #3, et après Arnold Turboust, Enzo Enzo et Jeanne Cherhal, Alexis HK (dont le dernier album « Le dernier présent » a pris le chemin de l’indépendance signé sur La Familia/Abacaba) a accepté d’être Président du jury. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, c’est Barcella qui assurera le rôle de parrain de la promotion 2013 (faisant suite à Benoît Dorémus et Jérôme Van Den Hole). Barcella, dont le premier album « La boite à musiques », était parfaitement autoproduit chez Ulysse Productions. C’était il y a deux ans.

En 2006, Barcella est lauréat Nouvelle Scène du festival Mozaïk, deux ans plus tard Découverte du festival Alors… chante !, et en 2009 lauréat du Concours Jacques Brel de Vesoul et Prix d’auteur de la Sacem. Chanteur atypique (au timbre de voix proche d’un Katerine), Fabien Barcella a malicieusement réussi à s’approprier l’héritage de la chanson française d’antan pour nous en proposer sa vision moderne et décalée (« Salope », « Les monstres »). Jongleur de mots, il puise tout autant son inspiration chez les chansonniers des années 30 que dans la dynamique urbaine du hip-hop (« Mixtape ») pour façonner des textes d’une intelligence rare, et plein d’humour (« Claire Fontaine », « Cerise »). Usant volontiers de grandiloquence et d’autodérision, ce charmant personnage semble prendre un malin plaisir à explorer les époques et les courants musicaux, sans se soucier des convenances et des modes passagères… et c’est précisément en ce sens qu’il enfonce le clou avec son second opus « Charabia », déjà porté par les singles « Ma douce » (aussi touchant soit-il quand il semble vouloir la récupérer dans « Abracadabra »), et « T’es belle ».

Entre temps, l’auteur a proposé « La symphonie d’Alzheimer » à Luce, laquelle s’est bien gardée de la proposer en single (plutôt que de nous servir les insignifiants « Western Spaghetti » et « Manger du sable »), bien lui en a pris, Barcella l’a récupérée sur son disque. « L’âge d’or » et sa fuite de l’enfance (un thème récurent chez l’auteur), « La Marie honnête », ou « L’insouciance » touchent en plein cœur. Tour à tour tendre, drôle ou nostalgique, sur scène, bien dans ses souliers et sa veste, Barcella est capable d’arracher rires et larmes au public le plus exigeant grâce à sa tchatche d’une verve et d’une précision imparable. On en redemande.

JURY 2013 :

Georges MOUSTAKI, Président d’honneur

Thierry CADET (Horscene, Melody) et Matthias VINCENOT (Poésie et Chanson Sorbonne), coordinateurs

François ALQUIER (Mandor, « CD’aujourd’hui », France 2)

Sandrine AMADOUX (WAAA)

Laurent BALANDRAS (Balandras éditions)

Jean-Claude BARENS (FestiVal de Marne)

Olivier BAS (« CD’aujourd’hui », France 2)

Brigitte BATCAVE (Brigitte Batcave Promotion)

Stéphanie BERREBI (Francofans)

Serge BEYER (Longueur d’Ondes)

CHET (Cinq7)

Harold DAVID (La Scène du Balcon)

Laure DUHARD (Believe)

Vincent DRIES (Vice Président Click’n’rock)

Patrick ENGEL (Commission d’Ecoute des Discothèques de la Ville de Paris)

Patricia ESPANA (attachée de presse)

Alain FANTAPIE (Académie Charles Cros)

Luc GENETAY (L’Autre Distribution)

Sabine GEOFFROY (Blue Line)

Lilian GOLDSTEIN (Sacem, action culturelle)

Cristine HUDIN (Edito musiques)

Sarah ICHI (Spöka)

Michel KEMPER (blog Nos Enchanteurs)

Olivier MAISON (Marianne)

Gilles MEDIONI (L’Express)

Yann MIGOUBERT (Service Culturel de l’Université Paris-Sorbonne)

Marie-Ange MIRANDE (manager de Georges MOUSTAKI)

Danièle MOLKO (Abacaba)

Sandrine MULAS (photographe)

Jean-Pierre PASQUALINI (Platine)

Didier PASCALIS (producteur indépendant)

Jacques PESSIS (Le Figaro)

Benjamin PETROVER (Europe 1)

Isabelle PASQUIER (France Inter)

Valentine PIERDAIT (Noomiz)

Dominique PREVOST (Festival Onlyfrench)

Stéphane RIVA (ACP, La Manufacture Chanson)

Didier VARROD (France Inter)

Bettina VERNET (Catalyse, OnlyFrench)

 

Peter Arnold

Crédit photo : Lisa Roze

creatweb.com/moustaki

facebook.com/prix-georges-moustaki