La géniale moitié des Last Shadow Puppets – avec son ami Alex Turner des Arctic Monkeys (ex-leader du groupe anglais The Rascals et jeune prodige de Sheffield) était de retour à La Cigale de Paris, le 30 avril dernier.

Costume cintré et sourire aguicheur : Miles Kane, fidèle à lui-même, monte sur scène devant une Cigale surexcitée et prête à bondir sur le premier riff de guitare.

Il ne suffira que de quelques secondes du maintenant célèbre « Rearrange  pour être transporté outre-manche dans un club londonien, aux effluves de bière et de sueur. So sexy !

C’est un Miles Kane outrageusement séduisant qui apparaît ce soir-là, aguichant les minettes du premier rang, les jambes écartées, et proposant un set tout en finesse et en élégance.

Rien de pire qu’un chanteur stoïque laissant s’endormir une fosse – ce qui pourrait être reproché à son comparse des Arctic Monkeys – Kane, invétéré charmeur, jouera autant de son bas ventre que de sa guitare. Ce qui n’a pas l’air de déplaire à l’assemblée.

En un peu plus d’une heure, Miles Kane aura enchainé une bonne partie des chansons de son premier album, « Colour Of The Trap », agrémenté de son éternelle reprise de Dutronc « The Responsible », mais également une étrange version de « Looking Out My Window » de Tom Jones. Une setlist sans grande surprise, mais avec des arrangements parfaitement taillés pour la scène. Un régal !

Récit d’une soirée sans faute – si Kane avait fait preuve d’un tout petit peu plus de spontanéité – tout en finesse et élégance.

Pierre Hennequin

Crédit photos : Pierre Hennequin

mileskane.com

facebook.com/mileskanemusic